Disque-Monde, le Jeu de rôle

Disque-monde

Il y a longtemps, à une époque où l’on achetait encore des magazines pour avoir le « top des jeux Playstation 1 » (petit coup de vieux gratos, me remerciez pas hu hu), on m’a offert Discworld II. Un jeu excellent que j’ai adoré enfant. Mais à une époque ou internet n’existait pas encore dans les foyers modestes, j’ignorais complètement qu’il s’agissait d’une adaptation d’œuvres littéraires (à savoir, un subtil mélange entre « Les zinzins d’Olive Oued » et « Le faucheur »).
Le temps passe, beaucoup, et je découvre par hasard dans un rayon de magasin les livres du Disque-Monde, de Terry Pratchett. J’ai découvert un univers incroyable, mélant satyre de la société, magie, parodies, caricatures, tout ça raconté par un auteur que j’ai vite assimilé au « papy qui raconte des histoires rigolotes ». Et entre-temps j’ai découvert le JDR, aujourd’hui mon loisir favori.

Imaginez alors ma tête quand j’apprends, en tapant à tout hasard sur Gogole, qu’il existe un JDR pour faire vivre des aventures dans Disque-Monde de tonton Terry. J’ai pu l’obtenir au prix boutique grâce à un ami, car il est aujourd’hui assez difficile de le trouver, et comme pour Würm : les offres à 65€ fusent…

Disque-Monde
Cohen le barbare et a ses pieds le plus trouillard des mages : Rincevent

« Ok mais, le Disque-Monde, c’est quoi ? »

C’est avant tout un incontournable de la littérature fantasy anglaise. Chaque livre du Disque-monde se passe dans le même univers qui défiera votre logique. Logique qu’aimait bien se débarrasser l’auteur pour ne pas se sentir gênée dans sa création. Il avait bien raison. Même si la qualité des différents tomes est inégale, je n’ai jamais autant ri de ma vie en lisant des livres.
Car même si tout se situe dans un monde aux règles physiques bien éloignées du nôtre, aux forts accents de fantasy, le Disque-Monde est avant tout une énorme satire de la société. Et tout ça raconté comme papy le ferait au coin du feu. Et qu’est-ce que c’est drôle tant les petites remarques, caricatures et détournements de la réalité relèvent parfois du génie.

« Mettez un bouton avec une pancarte « Attention! Bouton de la fin du monde! », la peinture n’aurait pas le temps de sécher. »

« En chaque vieux, il y a une jeune qui se demande ce qu’il s’est passé. »

Il n’y a pas vraiment d’ordre précis pour lire la quarantaine de livres. Ils se lisent en fonction de vos envies. Par exemple, j’aimais bien le héro Rincevent. C’est une figure récurrente, j’ai donc lu les livres où il était le personnage principal dans l’ordre chronologie. Puis idem pour la mort, les sorcières etc.

Le Disque-Monde a été adapté en jeux vidéos avec Discworld I et II, mais aussi un téléfilms comme « Color of magic » qui résume brillamment les 2 premiers tomes des anales. Ainsi que Hogfather, excellent aussi, et le très sympathique « Timbré » à voir absolument 🙂
Alors adapter tout ça en jeu de rôle, pourquoi pas ?

Une chose est sûre, c’est que le Disque-Monde m’a définitivement fêlé le bocal. Et tant mieux!

couverture du Disque-Monde jeu de rôle Ligue Ludique
Couverture du livre

Le livre

En 1998 sort un supplément de GURPS (un moteur de règle pour jdr), portant sur le Disque-Monde, mais jamais traduit en français). Il remporte un franc succès qui va mener ce petit supplément à devenir un JDR à part entière… Car Edge reprit le bébé et le traduit en le complétant pour en faire un « vrai » livre de jeu en l’agrémentant d’une véritable encyclopédie sur l’univers, en incluant dans la VF les règles de GURPS.

C’est un beau bouquin. Couverture bien cartonnée, robuste, avec une belle illustration sur la couverture. Même si je pense que le personnage de la MORT n’est pas le plus efficace pour parler aux néophytes. Je l’ouvre et je découvre une mise en page propre, sombre, et richement illustrée en noir et blanc par des œuvres de l’incroyable Paul Kidby.
D’ailleurs justement le seul reproche que je ferais c’est qu’il n’y a aucune page en couleur, et quand on connait les planches de Mister Kidby sur les anales, c’est vraiment dommage. Mais outre ce détail, l’identité visuelle du livre est extrêmement crédible sur la vision du Disque-Monde.

Les textes sont clairs, avec de l’humour, c’est un plaisir de lecture avant d’être un plaisir de jeu, et ça c’est cool. Car même si vous êtes un total néophyte sur le Disque-Monde, vous trouverez dans l’encyclopédie toutes les bases nécessaires (et, espérons-le, vous donner envie de livre les romans).

Le système

Autant être honnête… je n’ai rien compris.
Bon j’ai pas du tout assimilé plus précisément.
La partie encyclopédie est géniale, bien écrite, mais à partir de la création de personnages j’ai commencé a froncer des sourcils. La partie magie est bancale. Mais en même temps, elle l’est dans l’univers du Disque-Monde, ne pas mettre de règle rigide dessus aurait été un meilleur choix. Système de points à répartir, des listes infinies de compétences, dons, sorts… Bref, wiki vous expliquera mieux que moi !

LA MORT Disque-Monde
LA MORT adore les chats, qui peuvent le voir.

 

Mais sans parler de ça, si je n’ai pas saisi les règles, c’est avant tout parce qu’elles ne marchent pas avec l’univers du Disque-Monde.

Il est déjà complexe de réfléchir à quelles aventures faire vivre aux joueurs dans un monde aussi farfelu, illogique, sans « salir » le génie de Pratchett et donner envie aux autres de lire les annales du Disque-Monde. Alors si en plus vous mettez une couche de règles à l’ancienne bien touffue, ça frise l’impossible pour la plupart des MJ. Surtout qu’il n’y a pas de scénario dans le livre…

Et c’est pourtant dommage, car c’est un monde où l’on a envie de partir à l’aventure et le faire partager.

Une belle brochette de personnages farfelus

Conclusion ?

Le livre est une excellente encyclopédie pour découvrir le Disque-Monde et un bon outil pour en faire un JDR si l’on adapte les règles de GURPS.

Je pense que le mieux reste d’avoir une table de Pj n’ayant pas lu un livre et de refaire jouer l’histoire dans une partie avec un système de règle beaucoup plus simple. Par exemple : pourquoi ne pas faire revivre les aventures d’Olive Oued avec des joueurs se découvrant « appelés » par cette mystérieuse ville-cinéma ? Ou encore faire jouer une division du Guet dans une enquête tordue de Ankh Morpork ? Voir en mission diplomatique qui tourne mal face à Uberwald ? Oh et une équipe de Mages qui se retrouve à devoir retrouver la mort disparue ?

A vous de voir 🙂

_Saphie

One comment

  1. gobelin nounours

    Tout a fait d’accord avec toi. Les règles gurps sont d’un autre temps… Ils auraient mieux fait de faire un système de jeu plus simple et adapté au jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *