Les mondes à la dérive

Avatar du membre
Gorkhan
Messages : 170
Enregistré le : jeu. 25 mai 2017 10:11

Les mondes à la dérive

Messagepar Gorkhan » sam. 24 févr. 2018 22:30

Aussi loin que les explorations aient porté, le monde est couvert d'un vaste océan. Sur cet océan, poussées par les vents, la houle et les courants, dérivent des îles flottantes.

Ces îles ont une particularité: elles sont faites d'une "mousse de sel" (un peu comme de l'écume). Près de l'équateur, les eaux chaudes de l'océan sont saturées de ce sel et de nouvelles îles peuvent se former par agglomération de cette écume. Aux latitudes plus hautes, l'eau devient plus froide et la concentration en sel diminue. Les îles ne peuvent plus s'y former. Et si leur dérive les y porte, elles finissent par se dissoudre et disparaître.

La plupart des îles sont trop petites ou trop éphémères pour accueillir un écosystème important. Mais plusieurs petites îlots peuvent s'agréger pour former des îles de grande taille où vont s'installer toute sorte d'espèces vivantes. Les îles les plus vastes, larges de plusieurs dizaines de kilomètres, sont de véritables oasis qui peuvent avoir des montagnes, des lacs, des forêts... c'est généralement là qu'on trouve des villes.

Les PJ sont des navigateurs. Ils voguent d'île en île, sur des navires à coque de sel, pour le commerce, la recherche de ressources naturelles, l'espionnage ou la piraterie. Mais au milieu de cet univers en mouvement permanent, seuls les marins les plus intrépides naviguent hors de vue de leur port d'attache. Et les PJ sont des navigateurs intrépides !
Modifié en dernier par Gorkhan le lun. 26 févr. 2018 07:25, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Gorkhan
Messages : 170
Enregistré le : jeu. 25 mai 2017 10:11

Re: Les mondes à la dérive

Messagepar Gorkhan » dim. 25 févr. 2018 12:56

Les espèces vivantes peuplant ce monde n'ont rien à voir avec ce que nous connaissons. Pour commencer, il n'y a pas vraiment de distinction entre faune, flore et fonge. La plupart des êtres vivants ont une forme marine, aérienne et "terrestre" (ou insulaire, disons). Il existe une extraordinaire diversité du vivant car bien que la plupart des formes de vie se reproduise par clonage, elles sont quasiment toutes capables de recombiner leur génome avec celui d'espèces absorbées. Ces recombinaisons donnent rarement des individus viables, mais lorsque cela arrive, des formes de vie étonnantes peuvent apparaître.

Plus une île est ancienne et plus elle a de chance d'abriter un écosystème endémique. Ensuite, par migration marine ou aérienne, cet écosystème peu aller coloniser d'autres îles passant à proximité. Il arrive aussi que de grandes îles fusionnent à la suite d'une collision. Dans ce cas, une même île peut abriter des écosystèmes extrêmement différents, bien séparés géographiquement. A l'inverse, une île peut se briser sous l'effet de la houle ou d'une dilution. On peut alors avoir des écosystèmes très semblables sur deux îles différentes.

Avatar du membre
Gorkhan
Messages : 170
Enregistré le : jeu. 25 mai 2017 10:11

Re: Les mondes à la dérive

Messagepar Gorkhan » mar. 27 févr. 2018 16:00

Les humains ne sont pas du tout à leur place dans ce monde. Comment y sont-ils arrivés ? Personne ne le sait, et ce mystère est l'objet de nombreuses spéculations, mythes, et même de religions. Le fait demeurre que le corps humain n'a rien à voir avec les autres organismes vivant alentours. Du moins pour le moment...

Car les propriétés de recombinaison génétique qui façonnent la vie de ce monde commencent à faire leur oeuvre sur les nouvelles générations humaines. à force de manger, boire et respirer des gènes étrangers, certains subissent de curieuses mutations.

Certaines sont décoratives (chagement de la couleur ou de la texture de la peau), d'autres sont handicapantes (disparition des yeux ou des doigts), d'autres sont utiles (immunité aux brûlures causées par le sel, photosynthèse, etc.), d'autres, enfin, sont un peu tout ça à la fois, selon la situation.

La majorité des groupes de population voit ces mutations avec une certaine crainte, ne sachant pas vraiment si c'est une bonne ou une mauvaise chose. Certains groupes cherchent avec vigueur à éliminer toute forme de mutation, mais la lutte semble inégale tant celles-ci se multiplient. D'autres groupes y voient au contraire la marque d'une adaptation du corps humain à ce monde et cherchent des moyens d'accélerer le processus.

Mais si ce monde change les humains, les humains changent aussi ce monde. Leurs gènes s'intégrant dans la chaine alimentaire, de nouvelles formes de vies commencent à apparaitre, avec des caractères et des instincts curieusement humains...

Avatar du membre
Gorkhan
Messages : 170
Enregistré le : jeu. 25 mai 2017 10:11

Re: Les mondes à la dérive

Messagepar Gorkhan » dim. 18 mars 2018 20:44

Face à ce monde qui n'est pas le leur, les humains ont fait ce qu'ils savent faire le mieux: ils se sont adaptés. Les îles majeures accueillent des sociétés de plusieurs milliers d'habitants qui vivent à peu près en autarcie. De temps à autre, des ressources rares doivent être recherchées ailleurs, ou échangées avec les habitants d'îles croisant à proximité. Les îles de plus petite taille peuvent accueillir quelques dizaines à quelques centaines d'habitants. Mais ceux-ci sont généralement dépendant de ressources extérieures qu'ils acquièrent par l'exploration, le commerce ou la piraterie.

Les ressources vitales des populations sont l'eau douce, la nourriture et le combustible.

La nourriture est généralement issue des formes de vie aquatiques qui se développent autour des îles. Celles-ci doivent être dessalées, puis longuement cuites, afin de devenir comestibles. Produire de la nourriture consomme donc de l'eau douce et du combustible.

L'eau douce provient principalement de la pluie. Il existe également des lacs d'eau douce sur les plus grandes îles. Enfin, il est possible de produire l'eau douce à partir de l'eau de mer, soit par distillation, soit par filtration. Certaines espèces vivantes le font naturellement.

Le combustible a deux sources principales. Les formes de vie insulaires produisent souvent des matériaux ligneux qui, après séchage et compactage, forme un combustible dégageant assez de chaleur pour bouillir de l'eau. Les combustibles permettant d'atteindre des températures assez élevées pour fondre du métal sont plus rares. On les trouve dans le sous-sol des grandes îles sous forme de veines de matière charbonneuse ou huileuse.

Lorsque la pression sur les ressources d'une île devient trop forte, une partie de la population de l'île émigre à la recherche d'un nouveau territoire où s'installer. Les modalités de ce départ dépendent des traditions ou des règles propre à chaque communauté. Certaines pratiquent régulièrement l'essaimage, c'est à dire le départ volontaire d'un groupe vers de nouveaux horizons. D'autres pratiquent les exils forcés, ou désigne les migrants par des jeux de hasard.

Il arrive enfin qu'une île soit détruite par une catastrophe naturelle: brisée par une tempête ou une collision, dissoute par des eaux trop peu salées ou des pluies diluviennes... dans ce cas, la population de l'île doit fuir en catastrophe et espérer retrouver rapidement un terrain habitable, ou a minima, lui permettant de renouveler ses ressources en eau et en nourriture.

Avatar du membre
Gorkhan
Messages : 170
Enregistré le : jeu. 25 mai 2017 10:11

Re: Les mondes à la dérive

Messagepar Gorkhan » dim. 13 mai 2018 14:05

Les joueurs incarnent une communauté humaine tentant de survivre au coeur de ce monde. C'est eux qui décident du style de vie, des coutumes, des croyances, du mode de gouvernance et des objectifs de ce groupe humain. Lorsque la communauté est confrontée à des besoins ou des dangers, les joueurs incarnent des personnages notables du groupe et tentent de résoudre les problèmes.

Les personnages notables peuvent être les suivants:

- capitaine : un personnage capable de mener un navire sur l'océan sans qu'il sombre ou que l'équipage meurent de soif ou de faim.
- navigateur : un personnage capable d'utiliser tous les indices à sa disposition pour situer les navires et les îles.
- bâtisseur : un personnage capable d'utiliser les matériaux à sa disposition pour de concevoir ou réparer un navire ou un bâtiment.
- matériaulogue : un personnage disposant du savoir et de la méthode pour fabriquer des matériaux utiles à partir de tout ce qui l'entoure.
- cultivateur : un personnage doué pour reconnaitre et comprendre les formes vivantes, en exploiter les ressources, et les transplanter d'une île à une autre.
- meneur : un personnage capable de diriger une communauté humaine, de résoudre les conflits et de convaincre les autres d'agir selon son point de vue.
- ...

Retourner vers « Le labo de Gorkhan »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité