L’Appel de Chathulhu : découverte

Couverture de Chathulhu
Couverture de Chathulhu

 

Bienvenue dans le monde réel… Le monde où la société humaine existe pour le bien des chats, où des esprits incroyablement anciens et puissants luttent pour le contrôle de la réalité.
Où seuls les félins courageux et habiles connaissent les ruses et les moyens pour s’opposer à d’obscures et mystiques cabales.
Dans laquelle les peuples à deux pattes vivent dans l’ignorance béate de tout ceci.

 

L’Appel de Chathulhu:

vous ne verrez plus votre chaton de la même façon

Présentation du délire

« L’Appel de Chathulhu » est un jeu de rôle pour 3-6 joueurs crée par Joel Sparks, édité par Shelley Harlan. Adapté par Alephtar Games, la version française est enfin disponible depuis Octobre 2017 ! Suite a un CF réussit, au délà de 7000 €.  Cette édition, traduite depuis la version italienne,  se compose d’un livre en couverture souple, brillante et couleur (sexy), et d’un contenu de 168 pages en noir & blanc. C’est un petit format A5 comme on aime les glisser dans le sac, sans trop avoir peur de les abîmer.

« Les premières 36 pages du manuel, c’est-à-dire celles qui correspondent au « Nekonomikon » anglais, contiennent les règles du jeu. Les pages de 36 à 168 sont la partie réservée au maitre de jeu, et contiennent les instructions pour bien diriger une partie de l’Appel de Chathulhu […] et trois aventures prêtes à jouer. »_Ulule

Et grâce à la réussite ++ du financement participatif, le bouquin de base est accompagné de 6 D6 avec des têtes des chats (appelé « 1 Dchat » in the game).

Photos des "D d'chat"_Chathulhu
© Chathulhu Ulule

Et d’un petit livret complémentaire : le livre des chiens. Lui aussi n&b et aux mêmes dimension que le livre de base.

Créer son chat & le jouer

Les Pj incarnent, évidemment, des chats. Et il est bien stipulé que les chiffres, c’est un truc de bipède : alors le chat sera défini par des éléments descriptifs : le rôle du chat dans le groupe (expert en humain, combattant, charmeur etc.), sa race, son origine (chat de gouttière? de salon? de concours?). Au final on arrive à un tableau où sont répertoriés une trentaine de « chat possible ». Pas mal non ? Alors oui certes, il n’y a pas de super-pouvoirs mais les chats sont en eux-même des êtres supérieur, non ?

En tant que chat, les Pj ne peuvent pas réfléchir comme des humains et n’ont pas les mêmes savoirs. À l’Instar de « Cat’s La Masacarade » (CLM), si vous y avez déjà joué,  cela ne vous dépaysera pas car le principe est le même : on ne dit pas une arme mais « un truc en métal qui crache du feu », ou encore : on ne dit pas « humain » mais « bipède ». Ce qui peut rendre, comme on le sait pour ceux qui ont déjà joué à CLM, une ouverture de porte tout a fait « épikness ». N’est-ce pas ? Il y a aussi des astuces de MJ très intéressante, comme demander au Pj de mettre un crayon dans sa bouche si son chat traine quelque chose dans la gueule. C’est très drôle et immersif.

Les chats parlent entre eux et avec les autres animaux. Ils connaissent des vérités basiques qui dépassent leur expérience personnelle (l’instinct, en gros). L’opinion des chats sur les humains est variable. Il n’y a pas de faction ou de famille comme dans CLM. Est-ce un mal ? Heuf, non. Cette simplicité voulue il lui donne un avantage : ce jdr est ultra adaptable pour jouer avec des enfants.

Règles

1. Le « dChat » (dC) est un dé 6 normal. Sur les dés spéciaux les facettes numérotées de 1 à 2 montent la tête d’un chat triste. Les facettes de 3 à 6 représentent au contraire un chat heureux. On compte donc le type de facette, et non le total.

Les faces des Des spéciaux de Chathulhu
Au moins, c’est facile a lire. Idéal pour les enfants et grands adultes (bourrés ou pas).

Petite note de retour d’expérience de MJ : jouer avec des enfants peut rendre l’utilisation des Dchat problématique. Les plus jeunes n’auront pas envie de voir la tête d’un minou triste (mort?!) sur la face du et voudront le relancer immédiatement. Un point a gérer, mais on peut utiliser des D6 normaux si besoin.

On lance en général 1 à 2Dc max. 1 et 2 sont des échecs (ou « mauvaise nouvelle pour les chats ») et inversement pour 3 et 6. Il est important de noter que si le Mj veut nuire aux chats, il doit faire 1 et 2.

2. Gourmandises. Il s’agit de bonus que le Mj donne au joueur s’il estime que ce dernier a fait une action intéressante et/ou rôle play. Chaque joueur en possède 1 en début de partie, et ne peut en avoir plus de 3. Lorsque le chat n’a plus de gourmandise, il peut en récupérer en faisant des séances de câlins. ça a l’air simple, mais tous les humains n’aiment pas les chats, et tous n’iront pas facilement caresser un chat des rues.

3. Défis : il s’agit simplement du seuil de difficulté du jeu.

Facile : 2dC, le Défi est gagné en obtenant au moins 1 Succès.
Normal : 1dC, le Défi est gagné en obtenant 1 Succès.
Difficile : 2dC, le Défi est gagné en obtenant 2 réussite.

Le « bon chat pour la tâche » lui a une réussite automatique. Évidemment il doit être désigné par tous les autres comme le plus apte à réussir un test. Il doit lancer les Dc tout de même car, même si la réussite est automatique, les Dc triste déclenchent des effets. Le BCPT est aussi le seul à pouvoir relever des défis mortels, un test que les autres chats échoueraient automatiquement. Le BCPT peut utiliser une de ses vies (7) pour lancer un 3ème Dchat pour tenter de réussir ce type de défi qui demande 2 réussites minimum.

4. Les chats ont 4 point de vie, ou blessure. A la 3ème ils sont inconscients, a la 4ème ils sont tués. Cependant ils peuvent utiliser une de leur vie pour braver la mort et retirer 1 blessure. Attention toutefois, il existe des exceptions que seul le maitre-chat connait.

On va s’arrêter ici mais sachez qu’il existe tout un chapitre sur le combat en tant que chat et certains comportements a adopter quand on joue cet être supérieur, comme la chasse et le partage d’une proie. Ou encore sur la croyance des chats sur la vie après la mort (si si).

Et le rapport choucroute avec Cthulhu ?

Le thème évidemment. Ici on ne dit donc pas « Cthulhu » mais « Chathulhu », ni « Grands anciens » mais « Grands anciens animaux » etc. Mais méfiez-vous : les animaux peuvent être parfois bien plus flippants que les êtres humains. C’est un exercice très amusant de parodier et de transférer des aventures Cthulienne à l’échelle de chats.

Un "gros" poisson chat a mustache !_Chathulhu
Il est pas trop choupinou ?!_Chathulhu

« D’accord mais que savent les chats ? Comment est pariodié le mythe dans Chathulhu ? »
_J’y viens, mais uniquement dans les grandes lignes.

Tout d’abord, hormis le « tigre rêveur » qui peut voyager en dormant dans le monde des esprits, aucun chat n’a conscience de l’existence des dieux animaux très anciens. À l’instant de leurs homologues dans la version bipède.

Les chats ont un pouvoir surnaturel intéressant : influencer l’esprit humain. Ceci est justifié habilement dans le livre. Les humains n’ayant plus de connexion à leur Dieu-singent, ils sont depuis influençables par les animaux ayant un esprit puissant. Toutefois ces manipulations restent très subtiles.Le devoir des chats est de continuer à servir « la grande Idée » qui entend que depuis 10.000 ans, l’espèce manipule l’esprit des humains pour créer un monde confortable pour eux. Tous ceux qui sont contre ce concept, ou veulent le renverser, sont des ennemis : y compris les forces invisibles.

« Dans « l’Appel de Chathulhu », un dieu est une Entité Spirituelle, un archétype qui réside dans les esprits, les corps et les rêves de ses disciples, en les informant et en s’informant de toutes leurs pensées et désirs. Les Dieux n’apparaissent pas dans le monde physique, sauf dans des circonstances mythiques »_livre de base

Les Dieux animaux existent depuis bien avant Homo sapiens. Il en existe 1 par type d’animal et a un rêve pour leur serviteur (le dieu baleine rêvé d’un océan pur par ex). Il en découle une évidence : certains ne doivent vraiment pas aimer les humains…
Il existe donc des cultes qui attirent, par la magie qu’ils peuvent offrir à leur disciple, et bien souvent pour assouvir de sombre dessein contre l’humanité, donc contre les chats. Ces rituels peuvent être dévastateurs, causer des catastrophes naturelles et des meurtres. Et vu le nombre de dieux-animaux, le nombre d’ennemis ne manque pas. Et bien sur, la vulnérabilité psychique des humains n’est pas de tout repos: ils sont des cibles parfaites pour les cultes. Exemple :

« Un apiculteur humain subira une pression psychique constante de ses ruches et aura une tendance à planter des fl eurs et en tuer les parasites de manière plus fanatique que ce que la raison demanderait. En effet, la plupart des adorateurs du Dieu Insecte sont des non-insectes aliénés par leur propre espèce. »_livre de base

"Chathulhu" par Sceith-A (deviant art)
« Chathulhu » par Sceith-A (deviant art)

Les divinités féline sont au nombre de 7.
Le 6 ème est « Chathulhu ». Il incarne la force incontrôlée, le pouvoir laissé libre, l’instinct pur et l’abandon de tout plan, accord ou schéma. Chathulhu est le plus ancien des dieux félins. On parle même du « père » de tout les dieux animaux sur terre. Et avant la « Grande idée » le monde n’était que chaos, mort et famine.

Une liste dresse tous les dieux animaux du jeu. On y trouve aussi un étrange « dieu-machine »
Le bestiaire donne quelques exemples de créatures monstrueuses. Comme Pschttoggoth. Honnêtement je ne pensais pas qu’une poule de poil pouvait être aussi horrifique et terrible.

Je ne vous parlerais pas de la section dédiée au Maitre-chat, pour en savoir plus sur l’univers je vous invite a vous procurer le jeu 😉

Notons que 3 scénarios sont présent dans le livre de base: de quoi bien commencer l’aventure.

Conclusion ?

Les parties peuvent devenir très marrantes tant le contexte, jouer des chats donc, peut mettre la créativité des joueurs à rude épreuve. Et vu la tronche de certains monstres, parfois on est plus proche du rire, que de la peur. Mais on s’en fout : si on veut jouer sérieux, on achète le Cthulhu normal, pas une parodie ! Et pour le prix, ça vaut le coup d’essayer si ça vous tente !